Visite du musée Bündner Kunstmuseum à Coire

Le musée Bündner Kunstmuseum à Coire

C’est lors de notre passage à dans la capitale du canton des Grisons que nous eûmes la chance de faire un détour au Bündner Kunstmuseum le principal musee de Coire. Nous voulions en effet découvrir les artistes de la région, et ce musée est la principale institution artistique de la ville et du canton.

Il faut savoir que le canton des Grisons est un lieu de passage, et bon nombre d’artistes y résidèrent un temps. Parmi eux, Walser qui naquit à Coire et Giacometti qui y mourut. Si les paysages magnifiques du canton sont sans doute une raison pour y vivre, ce fût aussi et surtout pour eux une source d’inspiration. Autant dans les toiles de Walser que dans les sculptures de Giacometti il y a quelque chose de profondément suisse. C’est peut-être les couleurs florales ou les formes acerbes qui ressemblent à la roche d’une montagne. Un je ne sais quoi qui renvoie à ces paysages grandioses.

Nous vous proposons au travers de notre visite d’apprécier la qualité du musée de Coire et de son exposition. Ainsi que de voir pourquoi en le visitant c’est en fait un voyage dans le canton des Grisons que vous faites.

I - Une architecture remarquable

Ce qui marque en premier lieu c’est l’architecture des bâtiments qui composent le Bündner Kunstmuseum. Il est la réunion de deux bâtiments et de deux styles. D’un côté la Villa Planta qui a un style néoclassique, de l’autre une extension qui date de 2016 dessinée par Barozzi et Veiga. Lorsque l’on rentre dans le bâtiment contemporain et que l’on suit le chemin des expositions, on descend un énorme escalier et on s’enfonce dans la terre. Si le bâtiment est érigé tout en verticalité, les expositions se trouvent sous terre. C’est comme si avant d’entrer dans les expositions il fallait d’abord faire un parcours initiatique et s’enfoncer dans la terre suisse pour sentir son influence sur les oeuvres qui y reposent. Ensuite l’escalier qui nous amène aux oeuvres et les murs qui l’entourent sont faits de béton. Le matériaux est laissé dans son état le plus brut et évoque la roche des paysages suisses. Il nous place dans un état psychologique propice à l’appréciation des œuvres qu’il renferme.

Ici l’extension du musée dessinée par Barozzi et Veiga.

L’escalier qui mène aux expositions.

Ensuite une fois au niveau le plus profond du musée on peut découvrir les œuvres. On visite d’abord l’exposition temporaire qui rassemble principalement des artistes des environs de Coire. Le registre est plutôt contemporain. Les installations côtoient les sculptures et les photographies.

L’étage suivant est quant à lui principalement consacré à des oeuvres du XXème siècle. Parmi les artistes exposés à cet étage Kirchner et Giacometti. Ce qui est très réussi c’est que le musée arrive à faire cohabiter les différentes époques de manière tout à fait naturelle. On trouve Giacometti puis un étage en dessous un jeune artiste de Coire sans éprouver de discontinuité marquante. Peut être que cette unité est naturelle et réside dans le choix des oeuvres, la plupart produites par des artistes locaux.

II - Une exposition typiquement Suisse à l'honneur du canton des Grisons

Tout d’abord, l’exposition est principalement constituée d’artistes suisses fortement influencés par l’environnement qui est le leur. Il suffit de regarder les environs de Coire pour voir que la montagne fait partie intégrante du paysage du canton des Grisons. Ces énormes parois rocheuses qui entourent Coire fascinent les artistes et on le retrouve dans leurs productions. Autant chez Giacometti que chez nos contemporains on sent l’influence des paysages suisses dans leur oeuvre.

Pour les artistes du XXème siècle l’influence du pays est plutôt picturale. Giacometti peint les paysages suisses en modifiant les couleurs. Suivant l’époque il est plutôt fauve ou pointilliste. En revanche pour les artistes contemporains l’influence du paysage suisse se traduit plutôt par un travail sur les matériaux. Par exemple les artistes Cavelti et Zehnder travaillent sur les structures rocheuses. Zehnder présente des fragments de roche sur une étagère et Calvelti expose un triptyque « devenir, être, périr » dont les formes évoquent des roches organiques et futuristes.

«werden sein vergehen» de Urs Cavelti.

« Debris, Trümmerversammlung » de Dominik Zehnder.

 

« Calanda normiert » de Romano Zaugg

 

Ces œuvres n’évoquent pas seulement le paysage montagneux de la ville de Coire. Il renvoient aussi consciemment ou inconsciemment d’abord à l’architecture du musée puis à la ville de Coire où certaines tours en béton dominent la ville. Ainsi le Bündner Kunstmuseum est un condensé d’art. Toute sa collection forme une unité cohérente qui rassemble à la fois des artistes du XXème siècle que des artistes contemporains. Il semble que cette unité repose sur un état d’esprit commun influencé par la terre suisse. Nous vous recommandons fortement de visiter le Bündner Kunstmuseum car il rassemble des oeuvres de qualité qui sont finalement un condensé de ce qu’est canton des Grisons. En le visitant c’est un voyage mental dans les environs de Coire que vous faites.

Balthazar Barron pour FierdelaSuisse.

Galerie d'images sur le musée de Coire.

Articles en lien :

Laisser un commentaire